Quel avenir pour les fabricants de jeux vidéo

caisses-butin-paris-en-ligne

2018 : une année de changements pour les fabricants de jeux vidéo

Les fabricants de jeux vidéo ont été surpris par la commission belge sur les jeux de hasard, qui a déclaré début décembre que les caisses de butins (loot boxes) constituent une forme de paris en ligne. Les caisses de butins sont des boites de contenu virtuel qui apparaissent dans de nombreux jeux. Contrairement aux jeux de casino avec bonus, le joueur utilise de l’argent réel pour les acheter. Les ‘butins’ disponibles peuvent fortement influencer le déroulement du jeu.

Il faut parfois des jours pour découvrir un passage secret, un personnage ou obtenir des pouvoirs supplémentaires. C’est pourquoi, à l’inverse d’un bonus casino, payer pour avancer dans un jeu vidéo est très tentant. Selon certains spécialistes, l’excitation liée au hasard du contenu des caisses de butins est comparable aux sensations que ressent un joueur quand il place un pari. Ce sujet est d’autant plus troublant que de nombreux enfants en bas âge jouent à ces jeux sans encadrement parental et dépensent parfois des sommes astronomiques. Le débat autour des caisses de butins provoque des divisions importantes.

Le débat autour de la règlementation va augmenter en 2018

De nombreux pays suivent attentivement l’évolution des micro-paiements, une source grandissante de revenus pour les développeurs de jeux. Les jeux qu’ils proposent sont accessibles ou téléchargeables gratuitement, mais les suppléments sont payants. Le développement de ces jeux de qualité nécessite des investissements de dizaines de millions d’euros, mais ce mécanisme sert surtout à engendrer le plus de bénéfices possible. L’impact du débat actuel dans ce domaine sera déterminant, de la même manière que la régulation des paris sportifs et du poker en ligne l’a été pour ces secteurs.

Les choix d’aujourd’hui contribueront fortement à façonner l’avenir. Cela pourrait prendre des années pour obtenir une régulation et qu’elle soit appliquée au niveau mondial, mais les sociétés impliquées devront se préparer à survivre la règlementation. Pour défendre les caisses de butins et leurs sites de ventes, les fabricants de jeux vidéo et les commerces associés disent que les prix gagnés ne sont pas en argent réel, donc il ne s’agît pas de paris en ligne. D’après de nombreux experts, légalement ce n’est pas tout à fait exact. Sa mise hors-la-loi suite à un encadrement légal plus stricte, changerait complètement le paysage.

La controverse et les enjeux pour les fabricants de jeux vidéo

Les autorités de régulation de nombreux pays ont pris position récemment. Ce sont les premiers coups tirés de ce qui sera certainement un rude combat. Des milliards d’euros sont en jeu, car ce modèle économique a mené les acteurs de l’industrie du jeu vidéo à un carrefour. Les enjeux sont plus importants que les recettes colossales qu’ils pourraient perdre. C’est l’avenir du secteur des jeux qui sera sur la table. La question pour eux sera de choisir comment ils veulent évoluer.

On peut encore envisager un futur dans lequel les fabricants de jeux vidéo, les régulateurs et les joueurs construisent un nouveau cadre éthique autour des micro-paiements et de la vente de contenu virtuel dans les jeux. Les gouvernements pourraient intervenir ou le secteur pourrait décider de s’autoréguler, comme il le fait dans le domaine des sites en ligne en proposant des Casino Options régulées dans plusieurs pays. De toute manière, cette industrie devrait sortir plus forte et peut-être meilleure de ce débat. Pour bénéficier d’un bonus casino en ligne gratuit à l’inscription, visitez Casino Astral.

Leave a Comment

https://web.archive.org/web/20170201233527im_/http:/www.casinoptions.com/files/theme/main-bg.jpg?1450276215